Hélène Dizac, des baskets à l’assiette

Hélène Dizac, coach sportive au Brit Hotel de Chaudes Aigues, s’occupe depuis plusieurs semaines de la préparation physique de Dan Arnold, chef cuisinier et participant au trophée du Bocuse d’Or (25 janvier 2017). Elle nous raconte cette expérience particulière. 

Bonjour Hélène, pouvez-vous vous présenter pour commencer ?

Bonjour et tout d’abord merci pour cette Interview. Je suis responsable du Pôle Santé Sport sur l’établissement thermal de Chaudes Aigues, Caleden. Plus précisément, je mets à profit toutes mes compétences et expériences professionnelles et sportives pour développer un volet sport de haut niveau à Caleden, mais également un « pôle sport santé » qui a pour vocation de donner des conseils adaptés et personnalisés pour toute personne souhaitant acquérir ou retrouver une certaine condition physique et ce quelle que soit la situation de départ. Le but étant aussi de combiner les soins thermaux avec des activités physiques pour entretenir et préserver son capital santé.

Comment s’est présenté ce partenariat avec Dan Arnold ?

À Chaudes Aigues, nous avons la chance d’avoir un excellent chef étoilé mais aussi « ancien » Bocuse d’Or (2005) en la personne de Serge Vieira qui a développé son activité au château du « Couffour ». Le trophée du Bocuse d’Or récompense le talent et l’excellence des chefs mais sert aussi à révéler les meilleurs espoirs de l’art culinaire venus de tous continents. Cette année, ce sont les 30 ans d’existence de ce concours. Dan Arnold, Australien, second de Serge Vieira depuis 5 ans, arrivé 3ème des sélections d’Asie Pacifique, avait déjà intégré sa participation à cet événement en rejoignant l’équipe de son mentor. Sur les conseils avisés de ce dernier et par expérience, Dan sait que l’épreuve des 5 heures de show est intense et nécessite de bonnes conditions physiques et mentales, comparables à un athlète de haut niveau. C’est donc tout naturellement que nous avons mis en place ce partenariat pour qu’il soit dans les dispositions optimales le jour J.

L’approche est-elle différente avec un cuisinier par rapport à un sportif ?

Cela peut paraître étonnant mais l’approche est très semblable : un cuisinier et un sportif sont des êtres humains avant tout avec des capacités physiques, physiologiques, des sollicitations musculaires, des « routines », des mises en compétition qui ont pour but d’atteindre le seul et unique objectif de l’excellence. Dan a donc débuté par une séance où l’on a réalisé de nombreux tests en adéquation avec les sollicitations de son activité en cuisine et pendant l’épreuve. De là nous avons pu identifier les points à travailler, à développer et le plan d’entraînement jusqu’au concours.

coach

Quels types d’entrainements lui proposez-vous et sur quelle durée ?

Les entraînements ont commencé par un travail important sur les capacités d’endurance. En effet, une épreuve de plus de 5h ne se gère pas comme un 100m ou la cuisson d’un œuf à la coque. Il doit rester attentif tout au long de la préparation aux moindres détails et pour se faire s’appuyer sur une résistance corporelle sans faille. Nous avons commencé par trois séances par semaine : deux séances où il pouvait faire une sortie en vélo, courir ou s’entraîner dans notre salle à Caleden et une séance « lourde » de 3h encadrée pour ancrer ses capacités en termes d’adaptation.  Plus l’échéance approche et plus sa capacité s’est considérablement améliorée avec des résultats très significatifs, permettant de travailler sur d’autres domaines comme la vitesse d’exécution, de réaction par des sollicitations multiples et variées ; le but étant l’automatisation de ses gestes et éviter les accidents. Mais les entraînements ne se sont pas limités à une préparation stricte du physique. Pour exceller dans sa performance, il était indispensable de mettre Dan dans les meilleures dispositions mentales par des techniques de relaxation spécifiques.

Attachez-vous également une attention particulière au côté mental durant cette préparation ?

Effectivement, le côté mental est fondamental dans ce concours. Dan le compare aussi à une épreuve sportive de 5 h 35 comme dans un stade où le public peut contenir jusqu’à trois mille personnes. La pression est inhérente aux conditions, la concurrence connue et identifiée. Je veille donc à ce qu’il arrive à acquérir des capacités de concentration particulières pour qu’il se trouve dans sa « bulle » le 25 janvier. Ce travail de préparation mentale s’inscrit dans la durée et dans son quotidien : pour récupérer de la fatigue de ses longues journées, pour gérer un stress positif et améliorer la qualité des temps de repos et de sommeil. Dan avait déjà un très bon mental avant de commencer son entraînement. Désormais, il avance avec confiance et sérénité !

Personnellement, que retirez-vous de cette expérience ?

La préparation de Dan est une expérience assez unique et complexe. Son rythme de travail est très intense et de ce fait ne dispose que de peu de temps pour lui. Comme pour chaque athlète dans sa préparation il est important d’intégrer la spécificité de la pratique sportive mais aussi la nature de la personne. Autant j’avais déjà travaillé sur la préparation physique dans différentes disciplines sportives autant mes connaissances en cuisine étaient « limitées ». Il m’a fallu questionner, observer, détailler, analyser pour comprendre cette « nouvelle » discipline pour en dresser un tableau complet des compétences et des capacités à avoir pour obtenir un plan d’entraînement adapté et personnalisé.

En tant que coach, avez-vous un adage que vous aimez répéter ?

Je n’ai pas réellement d’adage mais plutôt un modèle de réussite dans le domaine sportif lui-même inspiré par un très grand navigateur. A ce titre, Franck Cammas qualifie « la Coupe de l’America » comme « Le Graal du marin ». Je pourrais avoir cet adage pour Dan et lui prédire que : « Le Bocuse d’Or » est « Le Graal » des chefs sans oublier que « Baisser les bras dans une compétition sous prétexte qu’on ne peut terminer premier est incompatible avec l’esprit du sport. » (Eric Tabarly – Extrait de Mémoires du large)

Merci à Hélène d’avoir accepté de répondre à nos questions 😉

Pour découvrir notre hôtel à Chaudes-Aigues : http://chaudes-aigues.brit-hotel.fr

 .

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Brit Hotel en 32 mots

Brit Hotel, c'est plus d'une centaine d'hôtels deux, trois et quatre étoiles sur l'ensemble de la France. Trois gammes : Brit Hotel Essentiel, Brit Hotel Confort, Brit Hotel Privilège.

C’est tout chaud (ou presque)

Les rubritques

Vous prendrez bien un peu de flux ?

La #TeamBrit sur Facebook

La #TeamBrit sur Twitter

Le dernier entrant dans la Team